Autour de Rodin, sculpture…

L’admiration profonde et le lien que le sculpteur français Auguste Rodin avait pour l’art antique, fut un sujet auquel le grand artiste se référa constamment dans son œuvre, comme dans plusieurs de ses articles publiés dans des revues d’art. Son amour pour l’antique lui donna en 1913 l’occasion de voir une série de photographies effectuées en Inde du Sud par l’archéologue orientaliste Victor Goloubew avec qui Rodin eut plusieurs entretiens sur le sujet. Il s’agissait de clichés reproduisant deux anciennes sculptures en bronze du dieu Shiva Nataraja, “Celui qui crée et détruit le monde en dansant”. Profondément ému par ces images, Rodin laissera libre cours à ses pensées qu’il rédigera sous forme de notes (la Danse de Çiva). Avec sensibilité, le sculpteur exprime encore une fois toute la reconnaissance qu’il a envers l’antique; face à Nataraja, Rodin reconnaît d’emblée l’œuvre hautement spirituelle et en même temps si humaine des anciens artistes indiens. Les notes de Rodin ainsi que les clichés photographiques seront publiés dans Ars Asiatica, en 1921, trois ans après la mort du sculpteur.

... DANSE ET POÈMES DE L’INDE

En 1997, mon professeur de Bharata Nâtyam, Madame Amala Devi, me remit une copie des textes de Rodin me suggérant de monter un spectacle où ces textes auraient un rôle important. La lecture des notes de Rodin stimula fortement mon imagination, à partir de là, j’entrepris un long travail de recherche et de documentation qui donna forme au spectacle: Autour de Rodin, sculpture, danse et poèmes de l’Inde.

Présenté pour la première fois à Genève en octobre 2000, ce spectacle met en scène danse, musique, textes et projections d’images se liant et se succédant à l’intérieur d’un tout organisé. Si les textes de Rodin sont l’axe autour duquel le spectacle se développe, Nataraja en est le centre. L’émotion humaine transfigurée est le moteur qui fait mouvoir autour de ce centre et de cet axe la danseuse ainsi que les voix des deux comédiens présents sur scène. (…) Le choix du répertoire des danses de style Bharata Nâtyam fait écho aux textes de Rodin ainsi qu’aux hymnes et poèmes shivaïtes, tout comme à la projection par diapositives des photographies vues par Rodin.

(Chandikusum, extraits de l’Avant-propos au spectacle, Octobre 2000)

Adaptation et mise en scène de Chandikusum (d'après une idée originale d'Amala Devi)

Distribution :

Chandikusum : danse

Xavier Fernandez-Cavada : voix

Emilien Palenzuela : voix

Production : Association Kinkini (2000)

La réalisation de cette œuvre a été réglée par la signature d’une convention de coauteurs entre Mme Chandikusum et Mme Amala Devi, enregistrée en Suisse le 22 avril 1999.

Avec le soutien de : Etat de Genève, Département de l’instruction publique de l’Etat de Genève, Département des affaires culturelles de la Ville de Genève, Loterie Romande.

Ce spectacle a reçu le patronage du Conseil International de la Danse CID, UNESCO, Paris.

Lettre du CID